AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
(simon) it's just a joke... wait...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

grand patron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://heavycrown.forumactif.org
arrivé(e) à londres le : 09/03/2014

messages : 750


pseudo chez les kingsman : Perceval


Dim 7 Juin - 16:39


ft simon/leodagan ~
On était n mission pour Arthur. On devait rapporter des informations sur les événements bizarres qui avaient lui en ville. Leodagan et moi-même avions été choisis et j'étais assez content. On s'entendait bien. C'était moi qui l'avait proposé de rejoindre l'agence après avoir étudié son dossier. A présent, j'aimais bien l taquiner et j'aimais bien partir en mission avec lui. On avait prévu qu'il aille arpenter les rues et moi j'observerai tout à distance. Evidemment, à peine avait-il eu le dos tourné que je n'avais pas pu m'empêcher de trafiquer son matériel. J'aimais bien lui faire des blagues et prendre un air innocent. J'avais donc trafiqué son GPS pour qu'il ne puisse pas retrouver son chemin dans les rues londoniennes. J'étais tranquillement positionné sur le toit en train de tout observer à distance avec des jumelles thermiques. Il y avait un homme assez bizarre qui regardait partout et une étrange chaleur provenait de son cours. « Leodagan qu'est ce que tu fous ? T'es parti boire un café ou quoi ? » Parlais-je à voix haute. Je savais qu'il m'entendait grâce aux oreillettes qu'on avait. Je continuais à observer la scène de rien et s'il ne se grouillait pas on allait le laisser filer ce type bizarre. Le S.H.I.E.L.D les nommait méta-humains. Je pouvais le dire : j'avais vraiment tout vu dans ma vie ! Je soupirais légèrement. Finalement j'aurai peut-être du éviter de faire cette blague durant cette mission mais je ne pouvais de sourire malgré moi. « Il se barre près de Hyde Park magne toi ! En plus c'est trop bizarre sa température corporelle arrête pas d'augmenter. Tu crois qu'il peut exploser ? » Je l'entendais râler à l'oreillette et je souriais de toutes mes dents. Oui, il s'était perdu, c'était quasiment sûr. J'étais gentil, je lui avais mis une carte dans sa poche. Franchement, j'étais le meilleur non ? Enfin, je m'étais peut-être trompé de carte par mégarde... Je gardais toujours les jumelles sur le nez, à surveiller le gars qui regardait partout. A croire qu'il avait peur de se faire suivre pourtant en regardant aux alentours il n'y avait ni flic, ni agent du S.H.I.E.L.D – pour une fois.
 

_________________

SOIS DOCILE. AIME MOI.
Oh, si tu veux que mon bonheur, pourquoi tu t'en vas? Bien sûr, t'es mon pire moi ton meilleur, ça ne changera pas. Oh, quelques années au compteur ça ne suffit pas. Blessure, le grand canyon dans mon cœur ; J't'en prie reviens moi ©️.stay away
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

Lun 8 Juin - 18:48


ft Oliver/Perceval ~
Les missions en ville commençaient à me courir sur le haricot. Oui, je sais personne n’utilise plus cette expression depuis plusieurs décennies. Surtout quand j’étais abandonné seul dedans comme un gosse en pleine maison hantée. Bon, techniquement Perceval n’était pas très loin mais j’avais le sentiment que le fonctionnement altéré de mon GPS était de sa faute. Depuis qu’il avait découvert que mon sens de l’orientation était proche du 0 en milieu urbain il s’éclatait comme un petit fou. J’attendais l’opportunité de le faire se paumer en forêt pendant que je rirai à gorge déployée.

J’avais accroché une oreillette Bluetooth sur mon oreille pour ne pas paraitre complètement fou à me parler à moi-même. Je n’étais certes pas le gars le plus sain d’esprit du coin mais j’étais loin d’entendre des voix comme Jeanne D’arc.

« J’irai plus vite si quelqu’un n’avait pas trafiqué mon putain de GPS » je marmonne à deux doigts d’écraser mes lunettes de kinsgman sur le sol.

Je savais qu’il pouvait m’entendre, après tous nos gadgets étaient les plus performants de toute la Grand Bretagne, d’Europe surement. Allez soyons fous, du monde entier. Des yeux, je cherchais le nom des rues pour tenter un minimum de me repérer sans succès. J’avais une carte dans la poche mais je ne trouvais pas la rue dans laquelle je me trouvais. Écosse, évidemment, ça marche moins bien avec une carte d’un autre pays. J’allais tuer Perceval et me débarrasser de son corps dans le pire endroit de la ville, probablement les poubelles du Shield.

« Perceval, si je te tue je suis persuadé qu’aucun jury ne m’enverra en prison. »

Un méta dans le coin ? C’était mon jour décidément. Une température qui augmente ce n’étais pas bon signe. Quelqu’un qui contrôle le feu ? Ça serait la meilleure option. Par contre, si le gars était radioactif et qu’il explosait, la moitié de la ville au moins allait partir avec lui. Moi compris. Non pas que remplaçait la ville par un coin de nature me dérange loin de là, au moins je saurais où je vais, pas comme maintenant.

« Hyde Park ? Je sais même pas où je suis. Guide moi jusqu’à lui sinon je vais me retrouver au pays de Galles à force de me paumer. J’espère que tu as dit adieu à ta cravate préférée avant de partir parce qu’en rentrant je la fous dans la cheminée, connard. »

Oui, les conversations sont enregistrées et renvoyées au QG pour les rapports de missions. Mais je pense qu’ils ont l’habitude de nous entendre nous insulter mutuellement depuis plus d’un an. Étrangement malgré les insultes, nous faisions plutôt bonne équipe. Et l’un des deux finissait toujours par avoir envie de tuer l’autre avant la fin d’une mission. Mais ce n’était qu’un détail.
 
Revenir en haut Aller en bas

grand patron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://heavycrown.forumactif.org
arrivé(e) à londres le : 09/03/2014

messages : 750


pseudo chez les kingsman : Perceval


Lun 8 Juin - 20:01


ft simon/leodagan ~
J'aurai pu emmener quelque chose à faire. Je commençais à m'ennuyer. Finalement, il faudrait que j'arrête de lui faire des blagues pourries... Quoique.. Non, cela me manquerait assez rapidement. C'était assez drôle de le voir complètement perdu dans les rues de Londres. Pourquoi il ne demandait pas son chemin ? C'était vraiment la solution la plus évidente, mais il n'y pensait même pas. Il pouvait se faire passer pour un touriste au pire. En tout cas en attendant je surveillais toujours de loin le méta-humain qui était limite en proie à la panique. Simon me déclara qu'il irait plus vite si quelqu'un n'avait pas trafiqué son GPS. « Oh, il y a quelqu'un qui a fait ça ? Il y a vraiment des abrutis sur Terre. » Déclarais-je en prenant une voix faussement innocente. Le coupable, c'était moi bien évidemment. Je me marrais dans ma conscience. Je posais mes jumelles un instant avant de soupirer. De toute évidence il avait sorti sa carte car je l'entendais pester dans mon oreillette. Une carte d'Ecosse, d'Edimbourg plus précisément que j'avais acheté lors d'une mission. Je l'entendis alors me menacer de mort. Comme d'habitude. Cela arrivait à chaque fois en mission. Je levais les yeux vers le ciel en haussant les épaules. « Oh arrête, tu sais très bien que je te manquerai. » Je repris position, remettant les jumelles devant mon nez. Le méta-humain était arrivé au parc et je n'aimais vraiment pas à quel point sa température corporelle était en train d'augmenter. « Tu crois qu'on aurait du demander au S.H.I.E.L.D de nous fournir une arme genre, qui réduit la température corporelle ? » Je commençais à devenir un peu tendu à force. Je lui avais dis d'aller en direction d'Hyde Park mais il me disait que je devais le guider. Bon la prochaine fois, je ne trafiquerais pas son GPS... quoique... Je soufflais légèrement. « Tu vas tout droit, et tu prends la troisième à droite. Tu continues sur cinq cents mètres et tu verras le parc au loin et... tu cours bien sûr j'ai pas envie de manger du pigeon grillé à cause de ce crétin. » Je relevais la tête avant de plisser les yeux. « Je rêve ou tu viens de me traiter de connard tout en menaçant de brûler une de mes cravates ? » J'entendis quelques cris au loin et je remis tout de suite mes lunettes. « Les cheveux du mec ont pris feu. Je déconne pas. Tu crois que je dois tirer ? » J'avais pris une arme pour tirer à distance au cas-où tout se passerait mal. Arthur m'avait bien précisé qu'il ne voulait pas de mort mais là j'hésitais franchement. « Et non tu brûleras pas mes cravates, elles sont sous clé, qu'est ce que tu crois. »
 

_________________

SOIS DOCILE. AIME MOI.
Oh, si tu veux que mon bonheur, pourquoi tu t'en vas? Bien sûr, t'es mon pire moi ton meilleur, ça ne changera pas. Oh, quelques années au compteur ça ne suffit pas. Blessure, le grand canyon dans mon cœur ; J't'en prie reviens moi ©️.stay away
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

Jeu 11 Juin - 16:44


ft Oliver/Perceval ~
Je serrais les dents en entendant Perceval jouer les innocents. Il était très doué pour se déguiser en mission mais jouer les anges n’était vraiment pas dans ses talents. Toujours perdu au milieu de la ville sans autre guide que lui, j’étais à deux doigts de me tirer. Mais non, je suis un agent de Kingsman, je ne fuis pas. Surtout que j’ai envie de passer mes nerfs sur un méta et apparemment je me dirige vers l’un d’eux.

« Demander au Shield ? Qu’est ce que tu racontes, on leur demande rien et tout le monde se portera mieux. Nos scientifiques trouveront bien quelque chose pour la prochaine fois »

Le Shield…  Une vraie bande d’incapables qui venait jouer les héros dans notre pays. Chasse gardé. Les kingsmans sont l’élite des agences d’espionnage du pays et nous n’avions pas besoin d’eux. Ou presque. Ils s’y connaissaient plus en pouvoirs que nous mais nous allions rattraper notre retard et vite. Il suffisait qu’on vole quelques dossiers, c’est tout. Rien de bien compliqué, notre Merlin nous fournira surement des outils pour y arriver. Il faudrait que j’en parle à Perceval ou Arthur. Mais ils savaient tous les deux que je ne pouvais pas saquer les agents du Shield et que mon avis était loin d’être impartial.

Je suivais ses instructions à la lettre me retrouvant dans le parc alors qu’Oliver se rendait compte de mes menaces. Je lâchais un petit rire tout en cherchant des yeux la cible. Plutôt facile à réparer. Un mec avec les cheveux en feu qui ne se jette pas dans la fontaine pour les éteindre tout ça tout ça.

« On peut toujours pas tirer à vue ? » Je lui demande en marmonnant. « Non mais parce que le mec a quand même les cheveux en feu, à mon avis il se contrôle pas des masses »

Les instructions étaient d’éviter de tuer les métas à moins d’être en véritable danger de mort. D’accord mais on se considère en danger quand le mec peut nous cramer la tronche en deux secondes ou pas du tout ? A mon avis non mais on peut rêver. D’un pas rapide, j’évite les civils qui se sont mis à courir hors du parc et je m’approche du méta.

« Hey Hades, j’ai besoin que tu éteignes ta chevelure. » Je lui ordonne quand je suis à quelques mètres.

Ma main gauche est sur le pistolet accroché à ma taille. Mes lunettes m’informent de la température corporelle du gars et c’est vrai que ça pue pas mal. Ma gâchette me titille mais je suis les ordres comme un bon petit soldat. Le méta se retourne et me toise. Je suis pas bien grand, j’inspire pas tellement la peur de visu mais ça va pas tarder.
Les mains du mec s’enflamment et je me dis qu’il serait peut être tant que j’arrête la négociation.

« Euh… Je peux lui foutre une balle dans la cuisse ou c’est trop pour un début ? » je demande à Perceval mais le méta me fixe et m’entends. « On t’a jamais appris à pas écouter les conversations des autres ? » Je lui demande, pistolet à la hauteur de sa tête. « Maintenant, tu calmes tes flammes, tu te détends et si t’as vraiment du mal à te contrôler, ya une putain de fontaine derrière toi. Ya pas que moi dans le coin donc tente même pas de me transformer en Chipolatas ou tu vas finir avec une balle dans la cervelle. »
 
Revenir en haut Aller en bas

grand patron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://heavycrown.forumactif.org
arrivé(e) à londres le : 09/03/2014

messages : 750


pseudo chez les kingsman : Perceval


Ven 12 Juin - 18:13


ft simon/leodagan ~
En écoutant ses propos je me rendis compte que je n'étais pas le seul à avoir une dent contre le S.H.I.E.L.D. Je ne pouvais pas supporter l'organisation et le peu de mission que j'avais fais en leur compagnie c'était assez mal déroulé. Ils se sentaient souvent plus supérieur à nous, et à force cela m’agaçait. Leodagan me confiait que nos scientifiques pouvaient bien s'en charger, le fait de nous faire d'autres armes. C'était vrai que l'on avait un sacré bon personnel et je ne voyais pas pourquoi du coup je m'inquiétais. J'observais la scène à distance et Leodagan me demandait si on ne pouvait toujours pas tirer à vue. « Arthur a dit de ne pas tirer. » Mauvaise idée selon moi, à croire qu'il voulait que l'on finisse griller au barbecue. Je plissais les yeux pour me concentrer et la température corporelle du méta-humain augmentait assez rapidement. C'était même assez terrifiant. Il me demandait s'il pouvait lui mettre une balle dans la cuisse. « Ne le provoque pas. On ne sait pas comment il peut réagir. » Je m'appuyais un peu contre le muret pour avoir une meilleure position. Je voyais bien que Simon hésitait à tirer mais il ne fallait en aucun cas qu'il ouvre le feu si la situation n'était pas complètement dangereuse sinon on aurait des problèmes. Je voyais bien que mon collègue avait bien du mal à canaliser la situation. Quand je l'entendis le provoquer une nouvelle fois et que je vis la température du méta-humain monter d'un coup et que je constatais à distance des flammes sortant de ses mains. « Arrête de le provoquer ! » J'étais vraiment en train de le sermonner cette fois. « C'est toi qui va finir en merguez ! Il est super énervé ! » Je soupirais avant de serrer les dents. Quelque chose cependant attirait mon regard. Il y avait un mouvement bizarre. Quelque chose d'étrange. J'arrivais à distinguer dans la foule un, voire deux méta-humains en approche qui contrôlaient aussi le feu. Ca ne sentait pas bon mais alors pas du tout bon. Je posais mes jumelles un instant. « Surtout tu bouges pas d'un poil. » Je sortis une arme pour tirer à distance. Il ne fallait surtout pas que je me rate. Je n'avais plus le choix, je devais mettre les deux autres knock-out sinon ce serait Leodagan qui finirait au barbecue. Je m'installais avant de viser. « Tu bouges pas. » S'il bougeait je risquais de le toucher et ce serait vraiment crétin. Je tirais un coup, j'en eus un en plein dans la jambe et je tirais vers l'autre mais Leodagan avait bougé et la balle avait du siffler à son oreille. « Je t'avais dis de ne pas bouger ! Si un jour tu t'en prends une, ne viens pas te plaindre. » Je repris mes jumelles thermiques et je vis que ça craignais vraiment. « Tires-toi de là. Ca craint vraiment. »    
 

_________________

SOIS DOCILE. AIME MOI.
Oh, si tu veux que mon bonheur, pourquoi tu t'en vas? Bien sûr, t'es mon pire moi ton meilleur, ça ne changera pas. Oh, quelques années au compteur ça ne suffit pas. Blessure, le grand canyon dans mon cœur ; J't'en prie reviens moi ©️.stay away
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

Dim 21 Juin - 19:07


ft Oliver/Perceval ~
Arthur a dit de ne pas tirer, Arthur me fait chier. C’était quoi cette politique ? Mettre nos vies en danger au bénéfice de ces… créatures. Je retenais mon doigt, obéissant tout de même aux ordres, pour l’instant. Sinon, je ferai un rapport et je finirai par m’en sortir. Mais quand même toute cette paperasse…

Le meta face à moi n’avait pas l’air très heureux de me voir. J’étais pourtant charmant. Je ne comprenais pas. J’avais pourtant été siiii respectueux avec lui. Peut-être qu’il n’aimait pas mon humour. D’ailleurs, Perceval avait l’air de son avis. J’étais un peu déçu. Il appréciait mes provocations d’habitude. Il avait peut-être peur que je me fasse tirer dessus, que c’est mignon.

« Ben oui, façon je risquais pas d’en faire une brochette avec mon putain de Browning L9A1. Enfin… Je peux essayer. »

Apparemment, ce n’était pas la meilleure chose à dire. Le meta s’approchait de moi, cheveux de plus en plus enflammé et en hauteur. Bon. Mauvais plan. Je tournais mon corps plus vers lui, un coup d’œil périphérique pour trouver un endroit où me planquer au cas où il se transformait en dragon. Une statue à quelques mètres attire mon attention, j’aurais le temps de l’atteindre si je m’y prenais bien.

Perceval m’ordonna de ne pas bouger et j’obéis instinctivement. Quelque chose n’allait pas, sinon il m’aurait laissé gérer la situation. Des civils encore présent ? Un agent du Shield ? D’autres metas peuvent être. Je ne bougeais pas d’un centimètre. J’avais envie de lui demander ce qui se passait mais ça ne ferait qu’attirer l’attention de mon nouvel ami alors je demeure silencieux.

Un coup de feu se fait entendre, et j’entends quelqu’un chuter dans mon dos. Merde. Mauvais très mauvais plan. Le méta face à moi voyant son ami tomber allume ses mains et me vise. Instinctivement, je me déplace de quelques centimètres avant de me reprendre. Une balle siffle près de mon oreille et j’entends Perceval se plaindre dans mon oreille.

« J’aimerai bien t’y voir » je lui dis d’une voix calme « J’ai pas prévu de finir incinérer aujourd’hui »

A la prochaine consigne, les yeux toujours braqués sur l’ennemi le plus proche, je me mets à courir vers la statue. Une flemme passe près de mon bras mais pas suffisamment près pour l’enflammer. Juste me donner chaud. Je me saute derrière la statue et me prend le sol directement dans la tronche avant de m’accroupir et de regarder les alentours. Plusieurs personnes dans le parc, pas des civils sinon ils auraient fui. Bon.

« Explique-moi la situation… A quel point je suis dans la merde ? J’ai une ouverture pour me tirer ? Au pire appelons des renforts. Je le sens pas vraiment disons, ils sont plusieurs et on connait pas leur pouvoir. »

 
Revenir en haut Aller en bas

grand patron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://heavycrown.forumactif.org
arrivé(e) à londres le : 09/03/2014

messages : 750


pseudo chez les kingsman : Perceval


Lun 22 Juin - 19:47


ft simon/leodagan ~

La situation devenait tendue. Il n'y avait pas un mais plusieurs méta-humains. Je regardais la scène de loin et je voyais que Leodagan ne prenait pas forcément la situation avec sérieux, du moins dans un premier temps. Il avait fait des blagues même au méta-humain mais pour moi ce n'était pas une bonne idée quand je voyais la température corporelle de l'individu augmenter. Je lui avais dis de ne pas tirer, Arthur n'admettrait pas. Je n'étais pas forcément d'accord avec les idées d'Arthur par moment, me demandait si des fois il ne voulait pas que l'on finisse dans un cercueil. J'avais vu un méta-humain approcher par derrière et je pris de suite une arme pour tirer. J'avais tiré même deux fois, et la deuxième fois la balle avait du siffler près de l'oreille de Leodagan car il pesta et je lui répliquais qu'il n'avait qu'à pas bouger. « Si tu continues de bouger, c'est criblé de balles que tu vas finir crois-moi. » J'avais vu plusieurs mouvements et je grimaçais. On était dans de beaux draps. Ce qui me paraissait bizarre c'était le nombre. Ils n'auraient jamais du être autant, comme si … Comme si c'était un piège. L'idée m'effleura l'esprit et je pris conscience qui fallait se tirer vite fait. Cette idée se confirma quand je vis la température corporelle de l'autre qui était en sans cesse augmentation, comme une bombe à retardements. Il me demanda à quel point il était dans la merde. Je ne répondis pas sur le coup, j'analysais la situation mais c'était plutôt catastrophique. « A moins d'un miracle, je pense qu'il faut rédiger ton testament. » Appeler des renforts. Oui c'était une bonne idée. Pour une fois j'admettais que je n'étais pas le plus fort pourtant mon orgueil titillait. « J'ai déjà sauvé Gareth de la mort, je te sauverai toi. » J'avais replacé mon arme, quitte à lancer quelques rafales. Je m'apprêtais à tirer, quand je ressentis une puissante douleur au niveau de la nuque, puis le trou noir.
Cette décharge revenait. Je me surpris à gémir avant d'ouvrir péniblement les yeux. Je n'étais plus sur le toit. Plus d'armes. De l'obscurité. Je clignais des yeux plusieurs fois et j'entendis des bruits autour de moi sans pour autant arriver à entendre ce qui se disaient. J'avais mal à la tête, j'avais mal dans tout le corps. Comme si on m'avait électrocuté. « Ils se sont réveillés. Chef. » Ces mots étaient parvenus à mon cerveau. J'arrivais à voir plus nettement et je vis que Leodagan était lui aussi attaché non loin. Je n'aurais jamais cru me trouver là en me levant ce matin même. On s'était fait avoir. Un piège qui s'était renfermé sur nous. J'avais la gorge sèche et les idées pas forcément claires mais il ne me fallut longtemps pour découvrir que j'étais sans arme et bien attaché. « Chers Kingsmen... Bienvenue dans votre nouvel demeure, j'espère qu'elle vous satisfera pleinement. » Quelques rires se firent. Je me retenais pour rétorquer, je n'étais pas en état. Je pouvais le dire pour une fois je n'étais pas très rassuré, surtout quand je voyais les types qui étaient présents. Il y en a un qui s'amusait à produire des éclairs, un autre qui restait en retrait comme s'il se méfiait de quelque chose. « Comment vous dire que l'on a peu apprécié le fait que vous nous tiriez dessus... » « ...fallait pas nous chercher. » Le sourire du chef s'effaça et il fit signe à quelqu'un. Quelques secondes après je reçus une furieuse décharge électrique et un coup de poing en plein visage. Les coups j'étais immunisé, mais les décharges étaient douloureuses que j'en grimaçais. « Vous n'êtes pas les chefs ici. Quelques jours à croupir ici jusqu'à votre mort vous fera le plus grand bien. » Il nous fixait à tour de rôle. « On sait que l'un d'entre vous a été dans le sous-sol du centre des expositions et qu'il sait que quelque chose y est caché. Donc, je pense que c'est mieux de vous faire taire définitivement. » Je sens que Leodagan m'en voudrait pour le coup. Je n'en avais parlé à personne. Tout simplement car je n'étais sûr de rien.    
 

_________________

SOIS DOCILE. AIME MOI.
Oh, si tu veux que mon bonheur, pourquoi tu t'en vas? Bien sûr, t'es mon pire moi ton meilleur, ça ne changera pas. Oh, quelques années au compteur ça ne suffit pas. Blessure, le grand canyon dans mon cœur ; J't'en prie reviens moi ©️.stay away
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

Dim 12 Juil - 17:00


ft Oliver/Perceval ~
Derrière ma statue, pistolet à la main, je continue à jeter de coups d’œil rapide aux alentours. Ils sont nombreux, plus que nous deux. S’ils avaient été des humains lambdas je serai déjà sorti de ce merdier mais ce n’était pas le cas. Des métas, des saloperies de métas. Je ne connaissais pas leur pouvoir à part celui de torcheman et c’était un autre handicap. Si ça tombe l’un d’eux m’entendait penser. Connard de télépathe. Pas du tout rassuré par les propos de Perceval, je me force à rester concentrer sur la situation et à ne pas lui envoyer un bon petit « ta gueule » dans les dents.

Calme, c’est dans ce genre de situation que je me sens le mieux, le danger, l’adrénaline. Je n’ai pas peur de mourir mais j’aimerai vivre encore un peu cela dit. J’entends Oliver jouer au superhéros. Il me sauvera, oui oui il s’en persuade, j’en suis beaucoup moins sûr et encore moins quand le silence radio se fait.

« Perceval ? »
Je murmure discrètement pour ne pas attirer l’attention sur ma position.

Silence.

« Perceval, bordel, répond moi. Qu’est-ce qu’on fait ? »

Silence.

Soit je suis seul dans cette situation soit il va débarquer sur son cheval blanc dans les prochaines minutes et sauver mes petites fesses de ce merdier. Je n’y crois pas beaucoup mais il semblerait que l’espoir fasse vivre. Le QG Kingsman peut être, ça sera sans doute plus efficace. Je sors mon portable sans lâcher des yeux les alentours. Le numéro composé, je le pose contre mon oreille. Aucune sonnerie, je n’entends que des grésillements. Mon réseau est censé être actif dans une très grande partie du monde et il me lâche dans un putain de parc en plein cœur de Londres. Ça ou un de ces connards de métas brouille les ondes. Je peux de moins en moins les blairer.

« On sait que tu es là, sors de ta cachette. » Lance une voix de derrière la statue. « Tu ne sortiras pas d’ici vivant si tu ne coopères pas. »

Je serre les dents, n’appréciant pas du tout qu’un putain de méta me tutoie ou me donne des ordres. Mais je me relève lentement, collé à la statue pour ne pas mettre mon dos en danger. Je n’ai que ça à faire, je ne vais pas rester cacher et attendre que ça me tombe sur la poire. Rapidement je contourne l’objet de pierre pour faire face à la voix tout en gardant mon dos contre l’œuvre. Face à moi deux hommes et une femme, sur les côtés j’aperçois d’autres personnes, cachés entre les buissons comme des pervers en imperméables attendant leur heure. Je toise l’homme du milieu, je fais au minimum une tête de moins que lui mais je me maintiens pour le regarder de haut malgré notre différence de taille.

« Tu ? On se connait ? On a élevé les cochons ensemble ? » Je lui demande un sourire en coin collé aux lèvres.

Je ne crois pas qu’il apprécie beaucoup ma remarque car il fait signe au blond à ses côtés et celui-ci envoie des éclairs dans ma direction. Je pars en arrière sous le choc et la douleur de ce courant électrique qui me parcoure le corps. Je n’ai pas le temps (et l’envie) de crier, ma tête claque violemment contre mon appui et le doigt sur la gâchette se serre instinctivement. Sur le bruit du coup de feu, je perds connaissance. Espérant bien avoir touché un de ses saloperies avant de m’étaler honteusement sur le sol.

********************************
A mon douloureux réveil, je suis dans une pièce noire, sans fenêtre et je ne suis pas seul. Ma tête me tue et j’ai les mains accroché dans le dos. Situation parfaite donc. Il y a une odeur dégueulasse mélange d’urine, de sueur et autre odeurs très agréables qui me laissent à penser que je ne suis pas le premier prisonnier à avoir séjourné ici. Ce qui leur est arrivé ensuite, je n’en ai aucune idée. En tout cas, ils ne sont plus là. Pas très loin de moi, je ne vois qu’Oliver qui commence lui aussi à se réveiller. Je me demande vaguement ce qui lui ait arrivé, s’est-il fait assommé en débarquant dans le parc ? Ou avant ? Peut-être que lui aussi s’est pris des éclairs dans la tête. Ce que je ne souhaite à personne, très mauvaise expérience. Une voix se fait entendre et je détourne mon attention de mon coéquipier.

Je grimace un peu en entendant le mot Kingsmen. Notre kidnappeur est un petit marrant. Bien sûr, nous les attirons comme des mouches. Ils allaient être servis avec Ollie et moi en captifs. Grands gueules avec pas tellement d’instinct de survie quand on peut lancer une pique ou une pointe d’humour. Un des types me fixe en faisant des éclairs et je reconnais la charogne qu’il m’a neutralisé dans le parc. Je fais une petite moue dédaigneusement. Il allait se prendre mon poing dans la tête avant la fin de cette aventure.

Bien sûr, nous n’avons plus nos armes et même mes lunettes ne sont plus sur mes yeux mais j’ai toujours mes chaussures aux pieds et Perceval aussi. A l’intérieur des lames qui pourraient toujours nous servir. Un bon prisonnier est un prisonnier à poil, et encore. A la prochaine remarque du chef, Oliver ne peut s’empêcher de faire un remarque et la sanction tombe. Je grimace, pas très empathique d’habitude mais j’aime bien Perceval et je connais la douleur de ces putains d’éclair.

Le grand méchant continue son discours ou plutôt son monologue de super vilain et je le fixe, c’est malpoli d’interrompre non. Il parle du sous-sol du centre des expositions et je n’y ai jamais foutu les pieds. Oliver donc. Je n’ai rien lu sur le sujet dans les rapports, je n’ai pas été briefé. Je ne sais pas si c’est parce que je suis un « nouvel » agent pas assez gradé ou si il n’en a simplement pas parlé mais dans les deux cas, je n’apprécie pas vraiment. Quand, il me laisse enfin en placer une, je fais un grand sourire.

« Kingsmen ? Je ne sais pas ce que c’est. » Je plisse ma bouche dans une fausse moue dubitative. « Je ne suis qu’un simple agent de sécurité, tout comme mon ami. Vous avez dû faire erreur sur la personne. »

Je sais qu’ils ne me croiront pas mais je compte me foutre un peu d’eux quitte à me prendre quelques blessures au passage. Et ça ne tarde pas. L’homme dans le coin lève la main et je me retrouve soulever au-dessus du sol, une main invisible me coupe la respiration. J’entends vaguement le chef parler de mensonge mais l’oxygène quitte mon cerveau et je me sens à deux doigts de l’évanouissement quand la pression me quitte soudainement et je m’écrase lamentablement sur le sol. Bien un mec avec des éclairs et un autre qui fait de la télékinésie. Je commence à y voir plus clair.

Les hommes quittent la piece, nous laissant croupir et réfléchir sans doute et je jette un regard à Oliver. J’ai envie de lui lancer un « De quoi il parle ? C’est quoi ce bordel ? » Mais je me retiens, je sais que notre cachot temporaire doit être sur écoute.

« Ça pue » Je lui dis à la place.

« Littéralement » J’ajoute en bougeant le nez de dégout.

 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT 2] Night & Joke.
» [résolu]"Please wait while the connection is beeing established"
» [résolu] Affichage d'une Popup "Merci de patienter" (Please Wait) lors du traitement des données
» La lune sera le seul témoin. [PV Joke][FINI]
» Joke's Gribs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
heavy crown :: III- LONDON :: kensington :: hyde park-